mercredi 27 juin 2012

Points de rencontre avec les militants de Lutte Ouvrière Samedi 30 Juin


 
   Le temps du slogan électoral, « Le changement c’est maintenant », est terminé. Seuls les dirigeants politiques ont changé mais la politique reste celle dictée par le grand patronat.

   Nous n’avons rien à attendre de bon de ce gouvernement. 

   Les travailleurs ne peuvent compter que sur leur propre force pour imposer leurs revendications vitales.


 

Venez en débattre avec nous. 

Nous serons :
  • Samedi matin à Alfortville Place Allende et place de la mairie de 10H30 à 12H30 
  • Samedi après-midi à Maisons-Alfort, notamment au Métro Ecole Vétérinaire de 15H à 17H.

lundi 25 juin 2012

Rectificatif : l'heure du conseil municipal du 28 Juin est 19H30


Et non 18H30 comme je l'ai indiqué par erreur dans la première information.

dimanche 24 juin 2012

Conseil municipal Alfortville Jeudi 28 Juin 2012


A 18H30 à la mairie.

Parmi les points à l’ordre du jour :
  • Modification de la convention avec Carilis pour le centre aquatique et modification de tarifs
  • Approbation comptes administratifs et budgets de la ville pour 2011.
  • Rénovation Alouettes : Autorisation démolition de la barre « Jardins »  156 à 166 rue Etienne Dolet
  • Enfouissement réseaux aériens Sud de la ville (Rues de Macon, Dijon, Toulon…)
         ………

lundi 18 juin 2012

Résultats 2nd tour Alfortville et communiqué Lutte Ouvrière 17 juin à 21 h suite aux élections législatives

 
        Hollande a donc la majorité parlementaire qu’il voulait. Le Parti socialiste a même, à lui seul, la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Entre la présidence de la République, le gouvernement, l’Assemblée nationale et le Sénat, il a donc la totalité des pouvoirs politiques dans le cadre des institutions.
     
Les travailleurs n’ont pourtant pas à se faire d’illusions.
    La gauche ne se servira pas de ce pouvoir pour protéger les travailleurs, les salariés, les couches populaires, dans cette période de crise. Avec la fin de la campagne électorale, s’achève même le temps des quelques gestes symboliques qui ont précédé le deuxième tour des législatives.
   Non seulement le futur gouvernement laissera les mains totalement libres au grand patronat pour licencier, pour fermer des entreprises considérées comme non rentables, pour abaisser les salaires, mais il prendra lui-même des mesures d’austérité qui, même décidées par la gauche, viseront les classes populaires tout autant que les mesures d’austérité de la droite.
    Il ne peut pas en être autrement dans le cadre des institutions étatiques qui sont en place pour servir les intérêts de la bourgeoisie et avant tout de ses couches les plus riches.

  Dans cette période de crise de l’économie capitaliste, plus que jamais les intérêts des exploiteurs capitalistes et ceux des salariés exploités sont totalement opposés. Préserver les profits, les revenus du capital, c’est aggraver les conditions d’existence des salariés.

    Cette aggravation n’est cependant pas une fatalité. La classe ouvrière a les moyens de s’y opposer par ses luttes collectives. Ces luttes que l’avidité du grand patronat finira par déclencher ne pourront être pleinement efficaces que si les travailleurs prennent conscience que leurs intérêts s’opposent complètement à ceux de la grande bourgeoisie. Ils ont le droit de mettre en avant les objectifs indispensables pour préserver leur emploi et le pouvoir d’achat de leur salaire, leur seul moyen d’existence, quoi qu’en disent les hommes politiques qui servent l’ordre capitaliste.
 
    Pour résorber le chômage, il faut imposer la répartition du travail entre tous sans diminution de salaire et l’interdiction des licenciements collectifs. Pour préserver le pouvoir d’achat, il faut l’indexation automatique des salaires et des retraites sur les prix, l’échelle mobile des salaires.

     Les élections terminées, ces objectifs vitaux restent à imposer. Ils sont incontournables pour empêcher le grand patronat et les banquiers, avec la collaboration du gouvernement, de pousser vers la pauvreté une partie croissante de la classe sociale dont le travail fait tourner l’économie.

  À la bourgeoisie et à ses porte-parole politiques qui, de la droite à la gauche, invoquent le manque de moyens du fait de la crise ou le montant de la dette publique, il faut opposer l’exigence de rendre publics et contrôlables les comptes de toutes les entreprises, de toutes les banques. 
     Seule la fin du secret des affaires pourrait dévoiler clairement que les licenciements, les sacrifices sur les salaires et les retraites, ne sont pas inévitables. Pas plus que ne sont inévitables les coupes claires dans les dépenses des services publics les plus indispensables aux classes populaires. Ils résultent du choix de privilégier les revenus du capital au détriment des travailleurs et de l’intérêt de la collectivité.

    Lutte Ouvrière n’a pas besoin de députés pour continuer à agir dans les entreprises, dans les quartiers populaires, afin de propager ce programme de lutte et cette conscience de classe. Elle continuera à œuvrer pour la construction d’un parti représentant les intérêts matériels et politiques de la classe ouvrière, un parti qui ne cherche pas à s’intégrer dans les institutions politiques de la bourgeoisie mais qui les combatte avec pour objectif le renversement du pouvoir de la bourgeoisie et son expropriation.

Pour Lutte Ouvrière, Nathalie ARTHAUD



dimanche 17 juin 2012

Grève pour des embauches à Sanofi Vitry


Les bâtiments Sanofi Vitry vus de la seine
     
 Les salariés du contrôle qualité se sont mis en grève jeudi 14 juin pour l’embauche des CDD. La grève s’est poursuivie vendredi.
      Le secteur compte 33 salariés dont 16 CDD, et cela depuis de nombreuses années.
     Autant dire que les salariés actuellement en CDD sont indispensables au fonctionnement du service. Pourtant une partie d’entre eux dont le contrat arrive à terme dans 3 semaines doivent être renvoyés.
   
 
Affiche de la campagne Lutte Ouvrière

Extrait du tract des grévistes : « A ce jour pas de réponse et une partie d’entre nous (CDD) va voir son contrat prendre fin dans environ 3 semaines. De plus la direction a le désir de faire appel à du travail intérimaire pour combler les départs de nos collègues CDD demandant à ces derniers de former les remplaçants.
Ceci est insupportable à plusieurs titres. Tout d’abord humainement, car nous travaillons ensemble depuis tant d’années mais aussi parce que la charge de travail est telle qu’il est nécessaire de pérenniser la totalité des emplois CDD en CDI. En faisant appel à l’intérim la direction le confirme. De plus remplacer des salariés précaires par encore plus de précarité, non merci ! » 

vendredi 15 juin 2012

L'Agence de la CPAM place Allende Alfortville maintenue


Selon l'article ci -dessous publié dans le parisien 94 ce vendredi 15 Juin


 
   Tant mieux mais pour que l'accès à la santé ne cesse de se dégrader, il faut arrêter de réduire les effectifs du personnel de la sécurité sociale et rétablir les remboursements de soins .
    Et pour imposer cela il faut s'en prendre au patronat qui doit 30 milliards de cotisations à la sécurité sociale et creuse le déficit de la sécu. en supprimant des emplois.

jeudi 14 juin 2012

Les agents hospitaliers de Saint-Maurice manifestent devant le ministère de la Santé Jeudi 14 Juin 2012

Pendant les interventions des représentants syndicaux SUD et CGT

   Avec toujours autant de détermination plus de 150 agents des Hôpitaux de Saint-Maurice se sont rassemblés ce Jeudi 14 Juin de 11H à 14H Avenue de Ségur à Paris pendant qu’une délégation était reçue au ministère de la santé. 
    L’objet de la manifestation organisée par SUD et CGT était la défense du niveau des salaires et des évolutions de carrière pour lesquels la direction de l’Hôpital de Saint Maurice (fusion des ex-hôpitaux National et Esquirol) remet en cause les accords intervenus lors de l’unification. 


Les agents se font entendre !
     En janvier dernier il y avait eu plusieurs jours de grève contre la décision de la direction de transformer les primes de service égales pour tous en primes au mérite dont la plus grosse partie allait dans la poche des cadres dirigeants .
     La direction avait été contrainte de reculer mais aujourd’hui à nouveau elle remet le couvert au travers d’une nouvelle attaque.

    Le directeur et la DRH osent prétendre qu’il n’y a pas d’argent pour les agents hospitaliers, alors que l’Hôpital fonctionne avec 16 directeurs grassement payés.
     Les représentants du ministère se sont contentés d’une prudente annonce de désignation d’un médiateur. 

La détermination et l'enthousiasme toujours présents



    Les salariés de l’hôpital sont conscients qu’au delà du conflit local, leurs problèmes de salaires, de défense des acquis sociaux et d’effectif concernent l’ensemble des personnels hospitaliers, soumis comme eux à une politique de rentabilisation de la santé.
  
   Ils sont bien décidés à ne pas se contenter de promesses et ont réaffirmé qu’ils restaient mobilisés et ne lâcheraient pas.

mardi 12 juin 2012

Les salariés des Hôpitaux de Saint-Maurice poursuivent l'action pour défendre les salaires.

Le jeudi 14 juin, à 11H00, à la demande des syndicats SUD Santé sociaux et CGT  une délégation  sera reçue au Ministère de la Santé. Cela fait suite à une AG qui a réunit environ 200 agents le 5 juin. Des cars amèneront le personnel devant le ministère où aura lieu un rassemblement.
Extrait de leur communiqué.
".......Les personnels des Hôpitaux de Saint-Maurice font les frais d'une politique d'injustice sociale, qui porte atteinte aux salaires et au pouvoir d'achat. 
     Les personnels dénoncent l'indécence de leur direction, alors que des primes au mérite locales viennent d'être distribuées pour près de 50 000 euros, que l'établissement (2200 agents) rémunèrent 16 directeurs et que les primes de fonction et de résultats, passées en urgence avant le départ du précédent gouvernement, atteignent, pour certaines, plus de 50 fois le SMIC, qui constitue la rémunération de nombreux collègues de catégorie C."

lundi 11 juin 2012

Résultats du 1er tour des élections législatives 10 juin 2012 9eme du 94 (Alfortville- Vitry Est-Ouest)





Alfortville
Vitry
Total Circonscription
Inscrits
23529
29789
53318
Votants
12642 soit 53,73%
13721 soit 46,06%
26363 soit 49,44%
Nuls
154
205
359
Exprimés
12488
13516
26004




Patrick Leiseing (AEI)
118 (0,94%)
142 (1,05%)
260 (1%)
Nathalie Serot-Pelat (Modem)
349 (2,79%)
290 (2,15%)
639 (2,46%)

Josiane le Boité (NPA)
56 (0,45%)
114 (0,84%)
170 (0,65%)
Claire Maury (LO)
64 (0,51%)
77 (0,57%)
141 (0,54%)
Aminata Niakaté (EELV)
634 (5,08%)
778 (5,76%)
1412 (5,43%)
René Rouquet (PS)
6680 (53,49%)
5385 (39,84%)
12065 (46,40%)
Monique Taron (UMP)
2208 (17,08%)
2203 (16,30%)
4411 (16,96%)
Evelyne Rabardel (FdG)
946 (7,58%)
2785 (20,61%)
3731 (14,35%)
Jean-Paul Peyre (PRCF)
54 (0,43%)
82 (0,61%)
136 (0,52%)
Pierre Fouchard (FN)
1379 (11,04%)
1660 (12,28%)
3039 (11,69%)

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2012
Communiqué du dimanche 10 juin 2012
 
   Lutte Ouvrière, qui a été présente dans 552 circonscriptions, remercie les électrices et les électeurs qui ont voté pour ses candidats. Bien que nos résultats soient modestes, ils témoignent de l’existence d’un courant présent partout dans le pays, porteur de la conviction que les travailleurs doivent se donner un programme de lutte pour imposer leur droit à un emploi et à un salaire correct face au grand patronat et au gouvernement.
    Hollande aura probablement la majorité qu’il souhaite à l’Assemblée nationale. Les électeurs des classes populaires n’ont cependant aucune illusion à se faire : ce ne sera pas « le changement maintenant » promis par Hollande pendant la campagne de l’élection présidentielle.
     La période électorale n’est même pas terminée que les licenciements ont repris et se multiplient. Jeter des travailleurs à la rue, les priver de ressources dans cette période de crise, est un crime social. Il est évident cependant que le gouvernement ne veut ni ne peut arrêter ce crime, faute de vouloir prendre des mesures contraignantes pour interdire les licenciements collectifs, faute aussi de vouloir s’en donner les moyens.
     Une fois de plus, un gouvernement de gauche mettra ses pas dans ceux des gouvernements de droite. Non seulement il reculera devant le mur de l’argent, mais il mettra les moyens de l’État à la disposition de la classe capitaliste.
     
   L’offensive du grand patronat, qui cherche à récupérer sur le dos des travailleurs ce que le marché ne peut lui donner, découle directement de la crise économique et de son aggravation. Elle se poursuivra et s’intensifiera jusqu’à ce que la bourgeoisie se heurte à une opposition déterminée venant des exploités.
    Malgré la crise et les ravages du chômage, les travailleurs gardent leurs capacités d’intervention intactes. Bien que l’activité industrielle soit en diminution, bien qu’un nombre croissant d’usines soient fermées ou délocalisées, la vie économique continue. C’est toujours l’exploitation de ceux qui continuent à produire qui engendre le profit des entreprises et enrichit leurs propriétaires et actionnaires.
    
     Lutte Ouvrière n’aura pas de députés. Nous continuerons cependant à dire la vérité aux travailleurs, même si elle n’est pas agréable à entendre. Il est toujours plus facile de faire miroiter de faux espoirs que d’affirmer que les travailleurs ne peuvent compter que sur leurs propres luttes pour se défendre.
     Les élections terminées, Lutte Ouvrière sera toujours du côté des exploités. Sa raison d’être est d’agir dans les entreprises et les quartiers populaires pour que les exploités se donnent un parti qui représente leurs intérêts politiques. Nous continuerons à affirmer que les travailleurs ont la force de se défendre contre l’exploitation car ce sont eux qui font tourner l’économie. Organisés et conscients, ils ont la capacité de faire bien plus : prendre la direction de la production et de la société. Ils le feraient infiniment mieux que les riches parasites, préoccupés de leur seul profit privé et qui mènent la société au désastre.

Pour Lutte Ouvrière
Nathalie Arthaud



dimanche 10 juin 2012

Compte rendu de la réunion Lutte Ouvrière élections législatives du 8 Juin 2012 à Maisons-Alfort


 Après l’intervention de Jean-François King présentant notre politique dont voici des extraits sur la vidéo suivante, la discussion a porté sur l’aggravation de la situation pour les travailleurs : bas salaires, précarité de l’emploi pour les jeunes dont les patrons profitent au travers des contrats d’apprentissage, exploitation accrue dans les grandes entreprises qui ne recherchent que les résultats financiers. 

   La nécessité de se battre tous ensemble pour faire face à l’arrogance patronale, à été rappelée. Ainsi que le fait qu’il ne faut pas compter sur le gouvernement Hollande qui ne veut pas s’en prendre aux intérêts des patrons, on peut le voir sur le sujet de la retraite à 60 ans. La mesure prise est dérisoire et ce sont les travailleurs qui vont se la payer par une hausse de cotisation. 

 Extraits de cette réunion : voir la vidéo


jeudi 7 juin 2012

Echos des candidatures Lutte Ouvrière aux législatives dans la presse du val de Marne


Lutte ouvrière représentée dans toutes les circonscriptions
Publié le 16.05.2012, 07h00
Lutte ouvrière en ordre de bataille. Le parti de Nathalie Arthaud a annoncé hier présenter des candidats aux législatives dans toutes les circonscriptions.  
   Ainsi, dans la 1re circonscription, c’est Alain Stephan qui se présente. Dans la 2e, il s’agit de Daniel Gendre. A noter, son suppléant n’est autre que Marc Peschanski, directeur scientifique de l’I-Stem au Genopole d’Evry (Essonne), spécialisé dans les cellules souches.
   Fabrice Peyrega, conseiller municipal d’opposition à Limeil, se lancera dans la bataille de la 3e circonscription. Les autres candidats : Christine Mazurier (4e), Nicolas Pétillot (5e), Anne Saintier (6e), Bouchra Dini (7e), Jean-François King (8e), Claire Maury accompagnée du conseiller municipal d’opposition à Alfortville Guy Mouney (9e), Gisèle Pernin, conseillère municipale à Ivry (10e), Emmanuel Thebault (11e).

Marc Peschanski
M.V. | Publié le 22.05.2012, 07h00
(LP/Manuel Vicuña.) 2e circonscription (Créteil, Choisy, Orly)

     Biologiste de renommée internationale, Marc Peschanski n’a jamais caché son patrimoine génétique d’extrême gauche. Fils de résistants communistes, longtemps chercheur de pointe au CHU Henri-Mondor de Créteil, celui qui dirige désormais à Evry (Essonne) le principal laboratoire français sur les cellules souches a toujours, à 60 ans, le militantisme chevillé au corps.
   « Aujourd’hui, dans le monde de la recherche, peu de personnes affichent leurs convictions politiques », déplore-t-il.
   Déjà candidat sous la bannière de Lutte ouvrière aux dernières élections municipales à Créteil et suppléant de Daniel Gendre, candidat LO aux législatives de 2002 et de 2007, c’est « tout naturellement » qu’il se présente de nouveau sur le même tandem dans la 2e circonscription (Créteil, Choisy, Orly) pour porter un mot d’ordre coup de poing : l’interdiction des licenciements.
   Après avoir soutenu Nathalie Arthaud au premier tour de la présidentielle (0,38% des suffrages dans le Val-de-Marne), Marc Peschanski tracte et colle des affiches à tour de bras lorsqu’il n’est pas à son laboratoire. « On ne se fait pas trop d’illusions sur notre score, l’essentiel c’est avant tout de faire entendre nos idées. »
 

Meeting Lutte Ouvrière à Maisons Alfort
Publié le 5 juin 2012 par C.Dubois
 
   Lutte Ouvrière organise une réunion publique avec 5 de ses candidats aux élections législatives le vendredi 8 Juin à 19H30 à l’école Paul Bert de Maisons Alfort (37 Avenue du Général Leclerc, Métro Ecole Vétérinaire).
   Seront présents : Alain Stéphan (1e), Daniel Gendre (2e), Jean-François King (8e), Claire Maury (9e), Gisèle Pernin (10e) et leurs suppléants Stephen Goldberg, Marc Peschanski, Dominique Bignard, Guy Mouney et Bernard Benyacar.





Candidats Lutte Ouvrière aux élections législatives 2012
Publié le 16 mai 2012 par C.Dubois
 
Alors que Nathalie Artaud a récolté 1499 voix dans le Val de Marne au premier tour de l’élection présidentielle, soit 0,26% des suffrages, Lutte Ouvrière présentera un candidat dans chacune des 11 circonscriptions du département lors des élections législatives des 10 et 17 juin.
« Même s’il se pare de l’étiquette socialiste, le nouveau président François Hollande se déclare déjà prêt à rembourser une dette creusée par la spéculation financière, ce qui ne manquera pas de se traduire par de nouvelles mesures d’austérité contre les travailleurs. Il est indispensable que se fasse entendre au sein de la classe ouvrière un courant d’idées communiste qui dénonce ce système capitaliste qui a fait faillite et mette en avant les revendications vitales que les travailleurs devront imposer par la lutte », motive ainsi le communiqué du parti anciennement mené par Arlette Laguillier.
Ci-suit le détail des 6 hommes et 5 femmes candidats de Lutte Ouvière dans le  Val de Marne par circonscription.

lundi 4 juin 2012

Elections législatives: Réunion publique avec les candidats de Lutte Ouvrière Vendredi 8 juin

                                                                             A Créteil samedi 2 Juin

samedi 2 juin 2012

Compte rendu conseil municipal Alfortville jeudi 31 Mai 2012



Informations sur quelques points abordés au cours du conseil :

Habitat indigne
De nombreux taudis existent sur le Nord de la ville. La commune lance une opération pour la résorption de cet habitat indigne, qui vise à mobiliser des fonds de l’Anah (Agence nationale amélioration de l’habitat), de la communauté d’agglomération et de la ville. 17 immeubles sont prioritaires pour ce projet. 

Quelques uns des immeubles concernés
Je suis intervenu sur 2 aspects : 
    L’aide publique qui va être apportée doit faire la différence entre les familles pauvres copropriétaires qui n’ont pas les moyens de rénover leur logement, aide pour laquelle je suis d’accord, et les marchands de sommeil qui agissent dans certains de ces immeubles. 
    Ils profitent de la pénurie générale de logements pour louer à des prix prohibitifs des taudis exigus, anciens appartements cloisonnés ou mansardés, sans jamais faire aucun travaux. 
  Ils empocheront les aides publiques et recommenceront leurs trafics. Je demande donc que le conseil municipal puisse avoir un suivi complet du dossier.

   D’autre part, que vont devenir les locataires et habitants pendant les travaux? Nous avons connaissance de familles priées d’aller se loger ailleurs et poussées à la rue par des propriétaires dont les logements ont été frappés « d’indignité » par la préfecture.
Compte tenu de ces incertitudes je me suis abstenu sur ce projet.
La liste de ces immeubles doit nous être remise. La société missionnée pour cette opération est Urbanis.

Electricité Eau
Le Syndicat intercommunal région parisienne des réseaux électricité et communication (SIPPEREC) constitue un groupement de commande « électricité » suite à l’ouverture du marché de l’électricité. Je n’ai pas voté ce projet déclarant que j’étais pour rester dans le secteur public avec EDF.

Le Syndicat des Eaux d’Ile de France (SEDIF) ayant confié à Véolia Eau la gestion de l’eau, la commune à du voter :
 J’ai dénoncé à nouveau cette privatisation du service public de l’eau qui conduit à donner tous les moyens à Véolia, en perdant totalement le contrôle et la maîtrise des installations de la ville. Véolia est le roi, la municipalité et les habitants n’ont plus qu’à payer la facture !

Ecoles :
Une parcelle située 17 rue Anatole France est en cours d’acquisition par la ville pour permettre l’extension de la maternelle Barbusse.
L’extension de l’école élémentaire Dolet, dont les travaux doivent commencer dès cette année a été intégrée au contrat régional à la place de la restructuration de l’espace Jean Macé.

Associations
Plusieurs demandes de subventions exceptionnelles ont été présentées. J’ai refusé celle demandée pour l’association culturelle israélite en déclarant  « cette association a un caractère religieux. Si je suis pour la liberté des cultes  je considère que c’est aux membres de ces associations d'en assurer le financement "

Urbanisme :
   Pour compléter le dispositif de droit de préemption renforcé autour de la gare Maisons-Alfort/Alfortville voté en mai 2010, un périmètre d’intervention foncière du SAF 94 (Syndicat d’Action Foncière) a été proposé sur le même secteur.
   Avec la spéculation immobilière qui se développe autour des gares en lien avec le projet Grand Paris, la commune affirme vouloir ainsi garder la maîtrise foncière afin d’équilibrer logements sociaux et privé ainsi que les commerces et bureaux.
J’ai voté favorablement.
   L’espace vert en cours d’aménagement dans le quartier de logements sociaux Saint-Pierre/Toulon (près de la gare Vert de Maisons sera inauguré lors de la fête de la musique le 21 Juin.

Fermeture CPAM Alfortville

   En fin de séance un vœu contre la fermeture de l’antenne CPAM à Alfortville a été voté à l’unanimité. (Pour rappel, il y a 6 ans c’est le centre CPAM d’Alfortville qui avait été fermé, toute la gestion des dossiers étant transférée à Créteil, il ne restait que cette antenne pour recevoir et informer les allocataires. C’est cela qui ferme maintenant). Un article du journal "Le Parisien 94 du 31 Mai y est consacré.
   C’est le démantèlement des services publics dans les quartiers populaires.